• « Réapprovisionner nos points de vente avec DDMRP pour les produits permanents, OK, mais pour des produits en promotion, vous sauriez faire ? » nous demande notre client. 
  • « Euh, oui, enfin, bon, sans doute, hem, hum, ça devrait marcher, oui, mais laissez nous réfléchir un peu… » 

Un an plus tard, après de multiples simulations basées sur les historiques de ventes, et la mise en pratique sur une dizaine de campagnes promotionnelles, la démonstration est là : ça marche très bien, mais il faut adapter le modèle.  

Comment calculer la CMJ ? 

L’enjeu dans le commerce de détail est de réapprovisionner fréquemment les points de vente de la manière la mieux répartie possible, et donc de disposer chaque jour d’une CMJ permettant d’ajuster la taille des buffers pour chaque magasin. 

Il n’y a pas de secret, pour des campagnes promotionnelles, il faut des prévisions. La tactique que nous avons mise en œuvre est de baser le dimensionnement des buffers magasins sur les prévisions, avant et pendant les premiers jours de la promotion. Après quelques jours nous basculons en 50% prévision et 50% historique depuis le début de la promo. Une semaine avant la fin nous rebasculons en prévision. Alors que dans un environnement industriel la CMJ est souvent lissée sur une période longue, par exemple 12 semaines, nous la calculons au maximum sur 14 jours dans ce cas. 

Attention : la prévision n’est pas établie au magasin, elle est réalisée à un niveau agrégé, pays ou région, et éclatée par magasin au travers de poids relatifs pour adapter la CMJ du jour. Souvenez-vous, plus une prévision est détaillée, plus elle est fausse, de notre expérience faire des prévisions au magasin n’est pas pertinent. 

Comment dimensionner les buffers ? 

Les buffers sont principalement conditionnés par quatre éléments :  quelle est la fréquence de réapprovisionnement du magasin par rapport au hub, quel est le délai de transport, quelle est la variabilité de la demande, et quelle est la quantité de « visual merchandising ». 

En fonction de la fréquence et du délai nous dimensionnons la zone rouge de base, la zone verte et la zone jaune – en utilisant l’intervalle entre livraisons. Nous dimensionnons la zone rouge de sécurité en fonction de seuils de CMJ. Par exemple, pour une CMJ inférieure à 0,2 nous avons une forte variabilité, et une variabilité faible pour une CMJ supérieure à 1. 

N’oublions pas la quantité de « visual merchandising » – autrement dit la quantité nécessaire sur les présentoirs pour que ça ne fasse pas vide, et que ça donne envie d’acheter. Nous l’intégrons, en quantité, à la zone rouge. Pour des articles à faible rotation cette quantité est suffisante pour dimensionner la zone rouge, sinon nous ajoutons une zone rouge dynamique.  

Comment gérer le déploiementde stock ? 

Le déploiement vers les magasins se fait de nuit, de manière automatique. Au préalable, dans la journée, les planificateurs adaptent par exception quelques buffers, et traitent les alertes d’exécution. Ils se concentrent sur la surveillance du modèle opératoire. 

En situation d’approvisionnement contraint le module de déploiement de stock de Replenishment+ assure une répartition par priorité relative. 

Quels bénéfices ? 

Le réapprovisionnement des magasins via DDMRP a apporté une nouvelle visibilité aux équipes. Comment évolue le stock par rapport au cumul des zones rouges / jaunes / vertes d’un article sur l’ensemble des magasins ? Quel est l’impact de la fréquence d’approvisionnement ? Quel est l’impact du visual merchandising ? Quelle efficacité des buffers ? Les fonctionnalités de business intelligence de Replenishment+ ont été mises à profit pour établir un tableau de bord adapté.  

Du point de vue des gestionnaires de flux le modèle est vite compris, il n’y a pas d’effet boîte noire, et les décisions sont prises à temps grâce aux alertes d’exécution. 

Au-delà du réapprovisionnement des boutiques, le processus permet en amont de réguler la consommation sur les centres de distributions, de passer aussi ceux-ci en flux tiré, et de remonter ainsi jusqu’aux usines et fournisseurs, pour beaucoup plus d’agilité d’un bout à l’autre de la chaîne.  

Si vous avez la chance de pouvoir cadencer votre Supply Chain en flux tiré à partir de l’information de sortie de caisse, n’hésitez pas, DDMRP est idéal pour outiller cela !