Demand Driven MRP (DDMRP) est compatible avec de nombreuses autres philosophies de fabrication, voire les soutient : Lean, TOC, Flow, Pull, etc. Toutefois, certaines de ces idées existent depuis des décennies, notamment le Lean, et il peut sembler que DDMRP soit une vieille idée qui a pris un nouveau départ sous un autre nom.

Un exemple classique a été donné récemment lorsqu’un fabricant a déclaré que la production et le réapprovisionnement basés sur la demande réelle (le principe sous-jacent du DDMRP) est ce que les fabricants font depuis des millénaires. Par exemple, l’artisan qui fabriquait des pots en argile dans la Grèce antique ne se contentait pas de fabriquer des pots à stocker. Il fabriquait des pots pour réapprovisionner son stock après avoir vendu des pots le jour du marché. Il pouvait même fabriquer un pot particulier pour répondre à la commande d’un client.   

N’essayons-nous donc pas de prétendre que l’idée est la nôtre alors qu’elle existe depuis des millénaires ?

Bien sûr, les deux approches reposent sur une vérité fondamentale : si vous vous contentez de réapprovisionner les matières et de programmer la production en fonction de la demande, vous aurez moins de stocks, des niveaux de service plus élevés et de meilleures marges. En ce sens, la fabrication en fonction de la demande est une vieille idée.

Cependant, l’approche qui a fonctionné pour l’artisan de la Grèce antique serait difficile à reproduire pour le fabricant qui vend des milliers d’unités de stock de vaisselle produite en série par le biais d’une chaîne d’approvisionnement mondiale. Le DDMRP adapte le concept de fabrication pilotée par la demande aux réalités du monde d’aujourd’hui, qui évolue à un rythme rapide et qui se mondialise.

Décomposons un peu la situation en examinant deux approches de réapprovisionnement concurrentes : MRP et Lean Manufacturing.

MRP VS. Lean

MRP a été la première tentative de résoudre les problèmes de la chaîne d’approvisionnement rencontrés par les fabricants modernes. Sans surprise, le MRP a été développé par Dick Ling dans les années 60 alors qu’il travaillait pour IBM et a été popularisé par Joseph Orlicky dans les années 70. C’était un moyen pour les clients d’IBM d’utiliser la technologie informatique pour gérer les stocks et contrôler la production. (Et pour IBM de vendre plus d’ordinateurs).

Bien sûr, il est facile pour nous de rejeter le MRP à cause de ses inconvénients, mais sans l’introduction du MRP (et de l’ordinateur), il est douteux que notre monde soit aussi prospère qu’il ne l’est aujourd’hui.

Le défi de MRP, cependant, est que les commandes de réapprovisionnement se font au niveau de la planification. Et comme notre monde est devenu de plus en plus volatil, incertain, complexe et ambigu (VUCA), il est devenu de plus en plus difficile de faire des prévisions précises. Dans mon dernier billet : Pourquoi les améliorations dans le secteur manufacturier peuvent être insoutenables, j’ai mentionné que je vois rarement une fiabilité des prévisions au-dessus d’environ 70 %. Certainement pas au niveau code article.

Dans son sens le plus pur, le Lean Manufacturing est un système de « flux tiré » dans lequel la génération des commandes de la chaîne d’approvisionnement se fait au niveau de l’exécution. Il est basé sur les concepts de « flux pièce à pièce » ou, comme Toyota (les initiateurs de la philosophie Lean) l’a appelé, « en vendre un, en acheter un, en fabriquer un ». (Cela ressemble un peu à l’approche de notre ancien potier, n’est-ce pas ?)

Une autre différence essentielle entre le MRP et le Lean a trait aux interdépendances. Dans un système MRP, tous les éléments sont interdépendants. Dans un système Lean, tous les éléments sont indépendants.

Si ces deux philosophies ont leur place dans le secteur manufacturier (oui, même le MRP), elles présentent également des inconvénients. Les carences traditionnelles du MRP entravent le flux physique et d’information, et le Lean n’offre pas un ensemble d’outils complet pour les chaînes d’approvisionnement volatiles et complexes.

Nous avons besoin d’un système qui protège le flux d’informations et de matériaux pertinents. Il doit synchroniser les environnements complexes et dynamiques et cadencer les approvosionnements au rythme de la demande réelle. De plus, il doit fournir un signal de réapprovisionnement clair pour chaque ressource de notre chaîne d’approvisionnement.

Découvrez DDMRP

DDMRP a été introduit en 2011 par Carol Ptak et Chad Smith du Demand Driven Institute. Voici comment ils définissent cette approche :

DDMRP est une méthode formelle de planification et d’exécution multi échelon pour protéger et promouvoir le flux d’informations pertinentes par la mise en place et la gestion de buffers de stock sur des points de découplage stratégiquement positionnés.

La protection et le flux d’informations pertinentes sont fondamentaux pour les opérations, mais c’est le découplage des buffers de stock qui rend le DDMRP fondamentalement différent des autres systèmes – et lui donne la capacité de gérer les exigences complexes de la chaîne d’approvisionnement d’aujourd’hui.

Comme je l’ai indiqué dans mon dernier billet, notre monde VUCA crée de la nervosité dans la chaîne d’approvisionnement complexe, où les changements sur les articles parents au le programme directeur de production entraînent des changements amplifiés en date et quantité aux niveaux inférieurs. Cela crée un effet de fouet qui nous amène à stocker trop ou pas assez de bons stocks. Ces buffers de découplage atténuent l’effet, de sorte que nous avons suffisamment du bon stock et une quantité minimale du mauvais.

On peut supposer que l’artisan grec utilisait une forme de buffer de stock lorsqu’il augmentait ses approvisionnements d’une argile faisant l’objet d’une forte demande mais difficile à trouver. Étant donné le peu de matériaux avec lesquels il devait travailler, il lui était assez facile de décider où placer ses buffers. Ce n’est peut-être pas si évident dans votre chaîne d’approvisionnement, c’est donc ce dont je vais parler dans mon prochain article.

Si vous avez des questions sur l’un des sujets que j’ai abordés ou si vous voulez en savoir plus sur la façon dont le DDMRP peut vous aider à atteindre vos objectifs stratégiques, contactez-moi sur LinkedIn ou sur mon site web.


 

Ken Titmuss a aidé plus de 200 entreprises dans tous les aspects de leurs systèmes de planification et de contrôle de la fabrication et a donné à leurs employés des cours pour améliorer leur niveau de compréhension de la gestion des opérations et de la gestion de la chaîne d’approvisionnement. La plupart des travaux de Ken ont été réalisés en Afrique australe, mais plus récemment, il a dirigé des programmes en Namibie, au Botswana, au Kenya, au Zimbabwe, au Nigeria, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, en France, en Inde, en Australie, à Dubaï, en Arabie saoudite, en Jordanie, à Maurice, à Singapour et au Liban.

.

PSQKen Titmuss est membre de l’équipe de Demand Driven Africa (une division de PSQ CC), une entreprise spécialisée dans la chaîne d’approvisionnement qui propose des formations, du conseil et la mise en œuvre du DDMRP en utilisant le logiciel Replenishment+® de Demand Driven Technologies. Avec des mises en œuvre réussies et un nombre croissant de participants formé à la chaîne d’approvisionnement, Demand Driven Africa est le leader de l’offre dans ce domaine :

  • Conseil DDMRP
  • Formation DDMRP
  • Mise en œuvre DDMRP
  • Autres formations et conseils supply chain

{{cta(‘d2762691-cfc4-46d7-901b-6bdc69235838′,’justifycenter’)}}