DDMRP en Inde : Interview avec Yagna

ParLeah Hoffmann

Les Supply Chains d’aujourd’hui sont mondiales, il n’est donc pas surprenant que l’intérêt pour le DDMRP s’étende également au monde entier. En Inde, Demand Driven Technologies a eu le privilège de s’associer à Yagna, une « Resultancy » de la supply chain qui aide les PME à rationaliser leurs opérations et à améliorer leurs flux physiques.

Après avoir collaboré à la mise en œuvre de Replenishment+ chez un fabricant indien de produits industriels, nous avons rencontré les cofondateurs de Yagna, Deepak Nagar et Aniruddha Joshi, ou AJ, pour en savoir plus sur l’entreprise et sur la manière dont elle aide ses clients à faire face à lavariabilité, à la volatilité et à la diversité qui affectent les Supply Chains contemporaines. Paddy Ramalyengar, consultant chez Demand Driven Technologies, intervient également pour parler des lacunes des ERP et de la façon dont DDMRP aide à les combler.

Commençons par votre parcours et celui de l’entreprise.

Deepak: Yagna a été fondée en 2017. Nous avons quatre cofondateurs, chacun avec des expériences assez différentes, donc il y a une énorme diversité dans la façon dont nous regardons le monde. Ce qui nous lie, c’est que nous avons tous une expérience de la théorie des contraintes, ou TOC.

Nous avons créé Yagna parce que nous étions convaincus que les petites et moyennes entreprises gérées par leur propriétaire en Inde – des sociétés dont le chiffre d’affaires annuel peut atteindre 5 à 50 millions de dollars – ne sont pas bien servies en matière de conseil en gestion, car elles ne reçoivent que des conseils. Personne ne les aide à mettre des choses en œuvre. Et nous sommes fiers d’aider ces gens à mettre en œuvre les actions nécessaires. Nous mettons notre peau en jeu, et une grande partie de nos honoraires est liée aux résultats que nous fournissons à nos clients.

D’où vient le nom Yagna ?

Deepak: Yagna est un mot sanskrit qui apparaît dans de nombreuses écritures les plus sacrées de l’Inde et qui est utilisé dans deux contextes différents. L’un est lié au culte rituel du feu, où différentes forces naturelles comme le vent, l’eau, la terre et l’espace sont invoquées. L’autre a trait à ce que les gens sont censés faire en tant qu’individus pour le bien-être de la société. Le yagna appelle à exploiter les lois de la nature, de manière scientifique, au profit de la société, de manière désintéressée… Les lois de la nature sont liées aux causes et aux effets. C’est également le cas de la TOC. Nous pensons que le Yagna et la TOC sont intimement liés.

Que signifie la TOC pour vous ?

AJ: Lorsque quelqu’un parle du mot « théorie », la connotation immédiate est que c’est tout sauf empirique. Mais je pense que Kurt Lewin l’a bien dit : « il n’y a rien de plus pratique qu’une bonne théorie ». « On ne peut qualifier un ensemble de connaissances de théorie que lorsqu’il a été mis en pratique dans différentes organisations et différents environnements, qu’il a donné des résultats et qu’il a résisté à l’épreuve du temps.  » Contrainte  » est un autre mot qui est souvent mal compris. Les gens considèrent qu’une contrainte est quelque chose de négatif. Mais si vous la considérez du point de vue de la TOC, une contrainte est en fait votre meilleure amie – c’est votre point de levier, et elle vous indique où vous devez vous concentrer. Voilà donc notre point de vue sur cet ensemble de connaissances très pratiques et très puissantes.

Et qu’en est-il de DDMRP? Comment avez-vous découvert cette méthodologie ?

Deepak: Après le décès du Dr Goldratt en 2011, on a eu le sentiment que la TOC allait s’essouffler. J’étais toujours à l’affût des dernières réflexions sur la TOC, car je savais qu’elle allait certainement évoluer. Puis, vers 2014, je suis tombé sur un article intitulé Beyond MRP, et je me suis dit : voilà quelque chose qui prend le TOC et le convertit en une solution reproductible. Ainsi, lorsque nous avons créé Yagna, la première chose que nous avons faite a été de devenir des partenaires de distribution de Demand Driven Technologies et des affiliés du Demand Driven Institute.

Si je comprends bien, vous avez tous été certifiés par leDemand Driven Institute.

Deepak: Nous avons tous les quatre été certifiés par le Demand Driven Institute dès 2016, et nous avons ensuite mis à niveau notre certification initiale CDDP en DDPP. Carol Ptak m’a également reconnu en tant qu’instructeur pour enseigner le DDPP en Inde.

Revenons un instant en arrière et parlons de certaines des lacunes que vous avez constatées avec les systèmes ERP traditionnels et les méthodologies MRP.

Deepak: Beaucoup de nos clients ont mis en œuvre SAP, qui est un ERP très traditionnel pour les grandes entreprises. La plupart du temps, l’ERP est utilisé pour la comptabilité financière et matérielle, mais très rarement pour la planification opérationnelle. La planification est toujours l’un des maillons les plus faibles, car elle est très souvent laissée pour compte et basée sur Excel.

AJ: Le Dr Goldratt a abordé le concept de « nécessaire, mais pas suffisant » dans l’un de ses livres. Nous constatons exactement la même chose dans les organisations – tout ce qu’elles ont fait avec un ERP est d’automatiser les règles et les pratiques existantes. Même dans les grandes entreprises, l’ERP est souvent relégué à ce qui est au mieux un système transactionnel. Dans le pire des cas, les entreprises ne peuvent même pas obtenir de leur ERP les données de base concernant les stocks ou les commandes de vente.

Comment la méthode DDMRP s’inscrit-elle dans cet environnement ?

Deepak: Le processus de pensée derrière le DDMRP est de reconnaître le fait que la variation variabilité existe, que ce soit du côté de l’offre ou de la demande ou même à l’intérieur de l’entreprise. L’utilisation debuffers pilotés par la demande et basés sur le temps, le stock et la capacité pour gérer la charge de travail dans un environnement incertain est donc logique. Il s’agit également d’une progression très naturelle du point de vue de la TOC, car il existe des règles concernant l’endroit où placer les stocks, leur quantité, les profils des buffers à créer et la manière dont ils vont s’adapter de manière dynamique.

Paddy: D’après mon expérience – et j’ai eu affaire à des entreprises qui utilisent tous les principaux ERP – ce qui s’est passé, c’est que l’ERP s’est développé au-delà de ce qu’une équipe de personnes peut vraiment comprendre. Supposons que vous vous rendiez dans une entreprise et que vous disiez : « Hé, savez-vous où je peux obtenir ces bases de données ? « Vous aurez besoin d’au moins cinq ou six personnes pour vous aider à comprendre comment les choses ont été personnalisées, et il vous faudra au moins quatre ou cinq heures pour obtenir un simple élément de données sur les délais de livraison. Les gens se sont mis à l’ERP pour faciliter la gestion de leur entreprise. De nos jours, les ERP ont remplacé les gens dans la gestion des entreprises.

Vous avez récemment mis en œuvre Replenishment+ dans une entreprise appelée Ramdevs Motors. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

Deepak: Ramdevs est une petite entreprise qui fabrique des pompes et des moteurs en tant que fabricant sous contrat pour des produits de plus grande marque. Nous les avons mis en place avec un système de planification basé sur Excel il y a deux ans. Ce système était basé sur la TOC et certains principes de DDMRP, mais ce n’était pas une solution DDMRP complète. Il fonctionnait assez bien, et il les a aidés à mettre de l’ordre dans leur environnement et à se concentrer sur l’augmentation de la productivité. Mais au fur et à mesure de leur croissance, ils ont réalisé qu’il leur faudrait beaucoup de temps pour maintenir ce système. Les systèmes basés sur Excel nécessitent un certain type d’expertise pour fonctionner, être gérés et reconfigurés en fonction de l’évolution de l’entreprise, et les erreurs peuvent être fatales.

Il existe également certaines fonctionnalités, comme la gestion dynamique des buffers, que vous ne pouvez pas construire dans Excel.

Deepak: Absolument. Dès que le client a vu l’interface de Replenishment+ et toutes ses fonctionnalités, et qu’il a réalisé à quel point il serait facile de le connecter à son ERP existant, il a été convaincu. Les complexités sont cachées dans le logiciel, et ce qui est disponible pour les gens à utiliser est très simple. Nous sommes encore en train de créer tous les rapports, mais ils sont très satisfaits de leur experience.

Pouvez-vous nous parler de DDMRP et de l’industrie automobile ?

Deepak: En Inde comme dans le reste du monde, l’industrie automobile est tributaire de concepts tels que Lean et Just In Time. Souvent, ces concepts ne sont pas mis en œuvre correctement, et ils sont vraiment juste pour le spectacle. Il peut y avoir d’énormes stocks entassés à différents endroits de la chaîne de valeur. Les constructeurs automobiles obligent souvent les vendeurs et les partenaires de distribution à gérer les stocks en leur nom, par exemple. Ainsi, si l’on considère l’ensemble de la chaîne de valeur, il n’y aura pas plus de deux ou trois rotations de stocks, mais ce n’est qu’une image partielle.

AJ: Je pense que le Lean a bien fonctionné dans un environnement plus stable où il y avait moins de modèles et d’UGS et plus de prévisibilité. Ces dernières années, et certainement à l’avenir, ce que l’on appelle les trois V de la variabilité, de la volatilité et de la variété ne feront qu’augmenter. C’est pourquoi nous pensons que DDMRP et Replenishment+ représentent une meilleure solution, car ils aident les entreprises automobiles à s’appuyer sur ce qu’elles ont déjà.

Quelles autres améliorations avez-vous constatées avec DDMRP ?

Deepak: Le premier avantage que nous mentionnons aux clients est la possibilité de réduire les stocks et d’améliorer le service client en termes de délais et de livraison à temps. Le DDMRP réunit essentiellement l’ensemble de l’organisation autour d’un langage commun, car il leur donne une image unique de l’entreprise et un vocabulaire unique pour la gérer : voici les buffers que nous avons fixés, voici les alertes que nous examinons au jour le jour, et voici comment nous réagissons à ces alertes.

L’Inde est un marché énorme. Qu’est-ce qui vous rend si optimiste quant à la capacité de DDMRP à avoir un impact ?

Deepak: La fabrication va prendre une place énorme en Inde. Auparavant, la plupart de nos téléphones portables étaient importés de Chine ; aujourd’hui, ils sont presque tous fabriqués en Inde. L’Inde est le plus grand fabricant de deux-roues et le quatrième fabricant de voitures. Chez Yagna, nous avons l’occasion de contribuer en faisant prendre conscience aux gens qu’ils ne doivent pas commettre les mêmes erreurs que les autres – ils peuvent passer directement à DDMRP, qui est plus facile et plus efficace.

AJ: L’Inde est relativement bien capitalisée, mais nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir autant de capital bloqué dans des capacités inutilisées, où les entreprises perdent des ventes parce que les produits ne sont pas disponibles ou ne peuvent pas être livrés à temps. D’autre part, il y a un énorme fonds de roulement qui est bloqué dans les créances, les stocks et les usines et machines sous-utilisées. C’est donc une merveilleuse occasion pour DDMRP et Yagna de s’associer et de créer une situation gagnant-gagnant.

Entrer en contact

Partagez cette histoire, choisissez votre plateforme !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Posts récents

Vous aimerez aussi

tractor plowing field

Étude de cas : Augmenter la production interne

La pandémie a porté un coup sans précédent aux chaînes d’approvisionnement mondiales, la quasi-totalité des chefs d’entreprise faisant état de perturbationsdans leurs processus d’approvisionnement et

Restez informé avec nos dernières mises à jour