menu icon
close

La pensée magique en supply chain

Par Bernard Milian
Magician waving a wand

Je pense que les responsables Supply Chain se voient comme des gens pragmatiques, concrets.

Confrontés à la réalité de clients à livrer, de ressources de production à gérer au mieux, de relations fournisseurs à piloter, il vaut mieux qu’ils aient les deux pieds sur terre et un gros bon sens paysan.

Il n’y a pas vraiment de place pour la magie dans ce domaine n ‘est-ce pas ?

Là où la magie entre en jeu c’est dans le fait qu’un grand nombre de décisions doivent être prises bien avant de connaitre la demande du marché. En fait, chacun d’entre nous en tant que consommateur, ne savons pas que nous allons acheter tel ou tel produit dans quatre mois, alors qu’un industriel, quelque part dans le monde, est en train d’en engager la production.

Curieusement, il me semble qu’un grand nombre de fournisseurs de solutions – qu’il s’agisse de logiciel ou de conseil – font la promotion d’approches à la limite de la magie…

Examinons quelques-uns de ces mythes.

Mythe : L’intelligence artificielle va nous sauver !

Il n’y a aucun doute que l’intelligence artificielle recèle une part de magie. Les textes générés par ChatGPT manquent sans doute d’humour mais sont impressionnants, la génération d’images photoréalistes par Midjourney trouble les photographes de métier.

En matière de supply chain tout ça est à relativiser. Certes on arrive à traiter une masse de données pour caractériser des signaux de demande, oui on peut affiner des prévisions avec des facteurs exogènes, mais quel est l’impact réel sur les opérations ? Force est de constater qu’on ne voit pas de résultats tangibles pleinement convaincants.

Mythe : La fiabilité des prévisions est la clé de tout !

Avec nos algorithmes vos prévisions seront plus fiables de x% et donc vos ruptures seront réduites de y% et vos stocks de z%. Magie !

OK, faisons en sorte de faire des prévisions pertinentes, de capter les informations utiles des marchés, et de ne pas y consacrer plus de temps que nécessaire, car la demande réelle diffèrera de ces prévisions.

Si vous saviez, en trente ans de supply chain management, combien de temps j’ai passé avec mes équipes à élaborer des prévisions précises qui chaque mois se sont avérées grossièrement fausses – et combien je regrette cette débauche d’énergie…

Mythe : Il suffit de mieux utiliser le système existant !

Back to basics. Nettoyez vos données. Revoyez votre processus de prévision. Mettez en œuvre ou renforcez votre S&OP. Fiabilisez le calcul de besoins. Utilisez le système, pas Excel. Renforcez l’adhérence au plan. Etc.

Vous l’avez déjà fait, à renfort de consultants ? Réessayez, avec d’autres consultants… Magie.

Allez, on vous donne un petit truc: si vous appliquez les anciennes méthodes aux nouveaux problèmes…  

Mythe : Digitaliser est la clé !

Notre solution numérique, dans le cloud, va vous donner une visibilité inégalée pour prendre les bonnes décisions au bon moment. Magie.

Mythe : La méthodologie XYZ est révolutionnaire et va tout résoudre ! 

Dans mon parcours d’ancien combattant de la supply chain, j’ai entendu ça pour de multiples vagues : MRP2, MPS, S&OP, JIT, ERP, MEIO, TOC, APS, DBR, DFT, MES, AI, DDMRP – et bien d’autres acronymes qui ont fait le buzz.

Il y a beaucoup de bonnes choses dans ces approches, quelques écueils, mais pas de magie.

La vraie recette magique.

Avec le sens critique de vos équipes, concentrez-vous sur la conception de votre modèle de flux. Quels sont les temps de réaction, les ressources critiques, les processus de pilotage clé ? Où utiliser un flux tiré, où utiliser un flux poussé ?

Sachant que les prévisions seront fausses, quelles sécurités insérer dans le système ? Quel investissement dans l’agilité et la résilience ? Quelles règles d’engagement et partage d’information avec clients et fournisseurs ?

Est-ce que nos systèmes d’information facilitent le travail de nos équipes ? Est-ce que nos équipes passent leur temps sur les bons sujets ?

Une solution digitale moderne, un changement de système peut-il structurer et catalyser le changement et passer à un nouveau niveau de performance ?

Le pragmatisme reste sans doute la meilleure recette pour construire et faire progresser une supply chain agile et résiliente…Oubliez les baguettes magiques.

Prenez contact avec nous

Partagez cet article, choisissez votre plateforme !

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles récents

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous aimerez aussi

Pilot flying over picturesque terrain

Combattre la peur du vide

Le graphe ci-dessous montre les ordres de fabrication créés pour une ligne de produits finis stratégiques dans une usine aéronautique. Il s’agit d’ordres de fabrication,