Comment gérer les lancements de nouveaux produits avec DDMRP ?

By Bernard Milian

Le paramétrage du lancement de nouveaux produits fait partie des processus à définir lors de la conception de votre modèle Demand Driven.

Il fait appel à des techniques particulières, pour plusieurs raisons :

  • Par définition, s’agissant d’un nouveau produit, vous ne disposez pas d’historiques,
  • L’incertitude sur le profil de demande est plus importante que sur un produit mature,
  • Il peut y avoir des phénomènes initiaux : amorçage d’un réseau de distribution, quantités pour des formations, quantité pour exposition en magasin…

Il faudra, lors d’un lancement de nouveau produit, prendre des risques. Toutefois l’objectif est de prendre moins de risques que dans les techniques conventionnelles de planification.

Bien souvent, dans l’approche conventionnelle, sous la pression d’équipes marketing et ventes légitimement optimistes, on va orchestrer un « push » initial – approvisionner ou acheter une quantité initiale importante, et la pousser en aval du réseau de distribution pour une disponibilité initiale maximale à proximité des clients. Cette tactique a des revers : sur combien de lancements la quantité initiale se révèle-t ’elle trop importante, et le stock déployé vers les mauvaises destinations ?

Tout l’objectif va donc être d’adopter des tactiques qui vont permettre une adaptation progressive à la réalité de la demande, avec des réapprovisionnements au fil de l’eau lorsque la demande se matérialise.

Comment calculer la CMJ ?

Vous ne disposez pas d’historique sur les nouveaux articles, vous devez donc baser votre CMJ sur une forme ou une autre de prévision.

Si vous ne disposez pas d’un processus de prévision outillé, vous pouvez en mettre un en place sur vos nouveaux articles, à minima via Excel (hum…), et basculer le calcul de ces articles sur prévision moyenne jour. Si vous disposez d’une solution de prévision (par exemple celle de notre partenaire Colibri), c’est encore mieux car vous disposez d’une base de calcul ayant fait l’objet d’un processus de collaboration impliquant marketing, ventes et supply chain.

Vous pouvez aussi lier ces nouveaux articles à des articles existants, au travers des fonctionnalités de supersession, afin de récupérer leur historique et de leur appliquer éventuellement un facteur d’augmentation ou de réduction.

La dernière option est de positionner une CMJ statique pour amorcer le flux.

Dans tous les cas, une surveillance particulière devra être assurée à partir du moment où la demande se matérialise, afin d’adapter le profil et de passer en mode « série » dès qu’on a assez de maturité.

Quel profil de buffer ?

Si vous pensez que vos nouveaux articles devraient ressembler à des articles existants, vous pouvez associer à vos nouveaux articles les profils de ces articles de référence.

Vous pouvez aussi définir des profils de buffer dédiés à vous nouveaux produits. Par exemple un profil « Nouveau Produit, Délai Moyen, Variabilité Moyenne ». Ces profils seront assignés par défaut à tout nouveau produit, le temps d’avoir assez de recul pour affecter des profils standards ou automatiques avec notre assistant « profileur de buffer ».

La troisième option est de positionner provisoirement un profil statique (Replenished Override ou Min/Max).

Quelle que soit l’option que vous retenez, nous vous recommandons sur des nouveaux produits :

  • De réduire autant que possible les zones vertes. Dans cette phase il est plus critique de réapprovisionner souvent le bon produit au bon endroit que d’être productif.
  • De sécuriser la zone rouge. Vous avez forcément plus d’incertitude. Une bonne pratique est d’appliquer temporairement un facteur d’ajustement de zone rouge à vos articles concernés.

Projeter les scénarios et positionner des facteurs d’ajustement en conséquence

L’utilisation du module DDS&OP (Advanced Planning Module) vous permet de tester les scénarios possibles de demande, en y intégrant les phénomènes initiaux d’amorçage des stocks multi niveaux, et de pré-positionner les ajustements de buffer pour y répondre.

L’exemple ci-dessous, issu d’un réel scénario client, montre la projection d’un buffer sur un scénario de montée en cadence rapide. Il apparaît clairement que le buffer ne répondrait pas à temps.

L’exemple ci-dessous, issu d’un réel scénario client, montre la projection d’un buffer sur un scénario de montée en cadence rapide. Il apparaît clairement que le buffer ne répondrait pas à temps.

Soignez-lez, les nouveaux produits sont le futur de l’entreprise !

Réussir les lancements de produits est un élément clé, car la pérennité et les revenus de demain sont directement liés à ces succès. De l’Adaptive S&OP aux tactiques de réapprovisionnement, le modèle de Demand Driven Adaptive Enterprise propose un processus permettant une meilleure adaptation de ces lancements à la réelle demande des marchés, et limite les risques liés aux tactiques de flux poussé sur des prévisions forcément plus fausses que jamais…

Entrer en contact

Share This Story, Choose Your Platform!

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

You may also enjoy