menu icon
close

6 clés pour réussir une transformation Demand Driven à grande échelle.

Par Bernard Milian

La mise en œuvre de DDMRP a longtemps été le domaine des expérimentations, pilotes et déploiements sur des périmètres limités. A quelques exceptions près ce sont des petites et moyennes entreprises, dont les processus de décision sont plus rapides, qui ont été les premières il y a quelques années à adopter la méthodologie, ainsi que des sites isolés de sociétés de plus grande taille.

Depuis deux-trois ans une nouvelle nature de projets a émergée, avec des groupes de taille mondiale qui adoptent et déploient le modèle Demand Driven Adaptive Enterprise à grande échelle, end to end, sur des dizaines d’usines et de sites de distribution.

Nous avons le privilège d’accompagner plusieurs projets de ce type – qui génèrent un niveau d’exigence particulier sur nos solutions et services. Nous constatons des similitudes dans ces projets à grande échelle, que nous vous proposons de partager dans ce post.

Quels sont les facteurs de succès communs à ces projets ?

Leadership

C’est une tarte à la crème : pour réussir, une transformation organisationnelle doit être pleinement supportée par le comité de direction du groupe.

Ce que nous constatons pour la réussite d’une transformation DDMRP sur le périmètre d’un groupe est plus spécifique que ça. Pour tous les projets qui réussissent, sans exception, il y a un homme ou une femme qui incarne le sujet, sur le temps long, avec passion, persévérance et une dose d’inconscience peut être… Eric, Thibaut, John, François, Barry pour citer quelques-uns de notre connaissance.

Ces sponsors ont commencé par explorer la méthodologie, expérimenter, se convaincre eux-mêmes de son adéquation à leur entreprise. Tous proches du comité de direction du groupe, ils ont engagé une démarche de conviction pour engager l’entreprise, parfois en se mettant à risque au sein de l’organisation. Ils se sont engagés dans cette voie sur le temps long, souvent sur plusieurs années, sans lâcher prise.

Les profils de ces leaders sont similaires d’une entreprise à une autre : impertinence pour challenger le statut quo, adresse politique pour naviguer dans la complexité de l’organisation, légitimité reconnue, stabilité pour mener la démarche sur plusieurs années.

Facteur de succès n°1 : un(e) passionné(e) à la tête de la démarche !

Une obsession pour l’obtention de résultats

Dans les débuts de DDMRP on a vu plusieurs entreprises tester la méthode « par curiosité ». Nombre d’entre elles sont restées à un stade préliminaire. Elles n’avaient pas réellement adopté la démarche pour adresser des enjeux stratégiques.

Les entreprises qui réussissent leur transformation ont tout d’abord de vrais problèmes à résoudre, qui ont un impact stratégique. « Nous n’arrivons plus à gérer la complexité de nos gammes produits » « Notre service est très insuffisant et doit progresser de 10% d’ici un an » « Nous devons réduire nos délais de 50% pour pénétrer ces nouveaux marchés » « Nous devons réduire nos stocks de 20% pour financer notre croissance » « La productivité de nos usines est gravement impactée par les ruptures et les changements de plans de production ».

Ces entreprises mettent en œuvre dès le début du projet des indicateurs de performance clé pour piloter les progrès, les déclinent par site, les passent en revue sur chaque revue des opérations, incitent les efforts d’amélioration continue, célèbrent les réussites, etc.

A l’opposé de grands projets ERP dont trop souvent le principal critère de réussite est de réussir un go live sans trop de dommage, une transformation Demand Driven doit délivrer des résultats, rapidement et durablement.

Facteur de succès n°2 : la passion du résultat !

Une petite équipe interne de déploiement

Le déploiement à l’échelle d’un groupe est piloté par une petite équipe centrale, par exemple de l’ordre de 5-6 membres à temps plein pour des sociétés globales de plusieurs dizaines de sites industriels. Cette petite équipe établit sur les premier sites pilotes un « blueprint » DDMRP adapté à l’entreprise, qui sera ensuite déployé par site.

Cette adaptation du modèle établit des règles communes : structure des profils de buffers, rituels de pilotage, indicateurs de performance, etc.

Sur chaque site déployé, un correspondant clé et le/la responsable du site sont les relais de l’équipe de déploiement groupe.

Chaque entreprise s’approprie le modèle et, à l’inverse de projets ERP, il n’y a pas des armées de consultants en support. Les consultants expert Demand Driven interviennent dans les premières phases, puis en support d’expertise sur des problématiques particulières. Ils interviennent aussi pour auditer ou aiguillonner ponctuellement, car la méthodologie et les outils progressent rapidement, enrichis de l’expérience d’une communauté de praticiens en constante expansion.

La gestion du changement est clé, et donc… elle n’est pas déléguée à des intervenants externes : c’est l’équipe interne et l’équipe de management qui l’assume, avec le support des méthodes, formations et outils disponibles.

Le Demand Driven Institute et ses organismes partenaires ont développé un ensemble de formats de sensibilisation et de formation qui facilitent l’implication des différentes audiences au sein de l’entreprise.

Facteur de succès n°3 : une transformation pilotée en interne !

Une méthodologie projet agile

Les projets pilotes sont conçus non comme une expérimentation limitée, mais bien comme une première phase de déploiement :

  • Les principaux cas métiers de l’entreprise sont couverts par les pilotes,
  • Les pilotes sont de taille conséquente, souvent à l’échelle d’une usine,
  • Les moyens sont mis pour en faire des succès : attention managériale, ressources, outil informatique robuste, scalable et intégré avec l’ERP.
  • La suite post pilote est organisée dès le départ : les budgets sont préapprouvés, l’équipe projet pressentie, la stratégie informatique est validée, etc.

Le déploiement se fait sans chercher la perfection et réfléchir trop longtemps avant d’agir. On déploie, on mesure, on adapte, en mode agile.

Le timing de déploiement est souvent agressif après définition du blueprint , par exemple avec le démarrage d’une usine par mois, et des séquences de formation / conception / répétition / go live / amélioration cadencées.

Facteur de succès n°4 : une méthodologie projet industrialisée et adaptative !

Focus, cohérence et persévérance

Le déploiement d’une transformation à grande échelle requiert d’aligner sur une même vision et une compréhension commune des équipes très disparates, pluri fonctionnelles, multi culturelles et dispersées géographiquement.

Ces équipes au sein de l’entreprise ont des modes de fonctionnement, des processus, des rituels et des croyances préexistants. Les supports de formation développés par le Demand Driven Institute facilitent l’établissement de cette vision partagée, souvent en rupture avec l’existant.

Tout en promouvant une vision ambitieuse (un BHAG – « Big Hairy Audacious Goal » ), nos entreprises engagées dans ces transformations globales adoptent une approche pragmatique, pas à pas, sans se confronter dès le départ aux modèles existants.

Les tactiques Demand Driven sont intégrées dans les rituels existants de l’entreprise, et ceux-ci évoluent progressivement sous l’influence des résultats obtenus et de l’évolution des mentalités.

Par exemple, le processus S&OP est progressivement relié à la mécanique du modèle opératoire, les mesures de performance des buffers sont prises en compte pour l’alimenter, les stocks, plans d’approvisionnement et de production, la charge/capacité sont projetés et supportent plusieurs scénarios de demande, et le S&OP évolue progressivement comme processus d’adaptation.

De la même manière, le pilotage dans l’atelier évolue par étape vers un modèle DDOM complet, avec pilotage par points de contrôle, adoption des buffers de temps, etc. Pour les entreprises avancées dans les pratiques Lean cette démarche est très cohérente et naturelle, et permet de digitaliser et de compléter les modes de pilotage existants.

Réussir ce processus d’imprégnation requiert une approche sans dogmatisme, acceptant les compromis et les imperfections, pour laisser murir les esprits tout en restant focalisé sur ce qui est important et sur la vision systémique.

Facteur de succès n°5 : une approche pragmatique, progressive et déterminée !

Des solutions logicielles intuitives et adaptatives

Les solutions informatiques adoptées facilitent la réussite du déploiement en étant simple d’accès pour l’ensemble des utilisateurs, pleinement intégrées avec les ERPs utilisés, et scalables.

Cette mise à l’échelle au fur et à mesure du déploiement concerne non seulement l’aptitude des solutions à établir une plateforme cloud fédérant l’ensemble des sites de l’entreprise, mais aussi la couverture fonctionnelle permettant d’intégrer les processus Demand Driven depuis le S&OP jusqu’à l’ordonnancement et le suivi d’exécution dans l’atelier.

Facteur de succès n°6 : une suite de solutions Demand Driven intuitive et scalable N’hésitez pas à nous contacter pour préparer vos projets…

Prenez contact avec nous

Partagez cet article, choisissez votre plateforme !

Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles récents

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous aimerez aussi

A robotic hand holding a pink piggy bank against a white background.

Pour une frugalité digitale

J’assistais récemment à une conférence Supply Chain, d’où il ressortait clairement que nous, professionnels du secteur, avons été de terribles prédateurs – des criminels. Nous

Five clock poles set at the same time in front of green, leafy trees.

Faut-il reprogrammer en temps réel ?

Pour vos ordres de fabrication ou des commandes fournisseurs, avoir des dates promises dans le passé, c’est prétendre que vous savez remonter le temps : nous